Vosges Matin.fr - Vosges : à Saint-Dié, les sinistrés de l’incendie de Saint-Roch sont pris en charge

Articles de presse | hotelF1 |

SAINT-DIE
« Ah… C’est déjà la semaine prochaine… ? » Dans la chambre n° 102 de l’hôtel Formule1, Marie-Thérèse est un peu perdue. Oui, c’est « déjà » la semaine prochaine qu’elle intégrera le studio que les services de la Ville et l’un des bailleurs sociaux de la cité de Déodat sont parvenus à lui mettre à disposition rue d’Hellieule. Mais à bientôt 70 ans, la petite dame à la santé fragile n’a pas encore compris qu’elle ne récupérerait rien de ce qui faisait son quotidien. Rien. Comme 6 autres locataires de cet immeuble n°21 du quartier de Saint-Roch. Rien, tout est parti en fumée dans la nuit de jeudi à vendredi lorsqu’un incendie – vraisemblablement d’origine volontaire – s’est déclaré dans un appartement du 2e étage – notre édition de samedi.

Sur les 28 appartements qu’il comportait, 23 étaient loués et 19 familles étaient présentes au moment des faits. Certaines ont pu être hébergées par leur famille et neuf ont été prises en charge par les services de la mairie qui les a dans un premier temps acheminées vers l’hôtel Ibis. « Mais c’est la période des marchés de Noël en Alsace et à compter de ce samedi, toutes les chambres de l’hôtel étaient réservées… », souligne Françoise Legrand, adjointe aux Affaires sociales. C’est donc à l’hôtel Formule 1 que les sinistrés séjournent désormais, « les réservations sont faites jusqu’à vendredi ».

Immeuble sécurisé

Responsable de l’hôtel, Maryline Verleyer a mis à disposition les frigos de son appartement pour stocker les deux repas journaliers que le restaurant Les Deux Frères parviendra à livrer au débotté. Vendredi, les personnes dont l’appartement n’a pas été complètement détruit ont été accompagnées sur place pour récupérer quelques effets personnels. « La démarche s’est faite en présence des pompiers et de la police » , précise Patrick Schmitt, directeur de cabinet de David Valence. Egalement présentes, Isabelle Lapierre et Cendrine Claudel, conseillères en économie sociale et familiale du Centre communal d’action sociale éplucheront chaque dossier dès lundi pour régler notamment les questions d’assurance pour ces personnes dont aucune ne pourra réintégrer le bâtiment trop endommagé. Il est sécurisé par Vosgelis qui met tout en œuvre pour contacter les locataires absents dont certains séjournent actuellement dans leur pays d’origine. De son côté, le Toit vosgien rend disponible l’ancien foyer Mercure du quai du Torrent où onze logements seront mis à disposition et pour lesquels des baux précaires seront établis, sachant que les loyers sont suspendus dans l’immeuble sinistré.

« Ils pourront normalement y rester un an, le temps que d’autres solutions soient trouvées, souligne Françoise Legrand qui, comme Nathalie Mandra, directrice du CCAS, a à cœur que les sinistrés ne soient pas ballottés d’un lieu à l’autre. La Croix-Rouge, le Secours catholique et le Secours populaire sont également sur le pont. Dans sa chambre n°102, Marie-Thérèse a trouvé dans la valise de vêtements qui lui a été apportée un pull rouge et des chaussons assortis. Un petit réconfort…

Source : article publié sur le site www.vosgesmatin.fr par Frédérique MONGEL-BEDEL le 1312/2015 à 05:00.
Retrouvez l’intégralité de cet article sur le site de Vosges Matin en cliquant ici.

Partager : Facebook Twitter Google+

Vous souhaitez devenir adhérent AFA ? En savoir plus
Greet
Sofitel
Fairmont
Pullman
MGallery
Novotel Suites
Novotel
Mercure
ibis Styles
ibis
ibis budget
hotelF1
Association des Franchisés Accor 60 rue du Faubourg-Poissonnière 75010 PARIS Tél. : 0140341990 Mentions légales et CGV